The Homecoming

All you have to do is open the door to Pinter and you have gone into another world, our hidden side, the secret part of us, a place where dreams and insomnia join hands. Go see The Homecoming, which opens on the silence of a man reading a newspaper. In just a few scenes, this trompe-l’oeil will become a painting by Lucian Freud or Francis Bacon – ‘an island of solitude” says Luc Bondy – and this is done solely through the relationship between bodies, the cutting edge of spoken words, the weight of a violence that is compressed to the extreme. For this, you need actors who know how to produce the thousand and one nuances that go from vague allusion to precise threat, from almost banal insinuation to in-your-face confrontation. In order to approach the subtle Pinteresque chamber music, Bondy has called upon a translator who speaks all the dialects of human tension: Philippe Djian.

à paraître Le Retour d'Harold Pinter, traduit par Philippe Djian, Gallimard, octobre 2012.

France

18 october – 23 december 2012 / Length 2h20

The Homecoming
Le Retour

by Harold Pinter

directed by Luc Bondy

with Bruno Ganz, Louis Garrel, Pascal Greggory, Jérôme Kircher, Micha Lescot, Emmanuelle Seigner

Length 2h20

Prices

6€ up to 34€
More info
  • The Homecoming | photo Ruth Walz
    photo Ruth Walz
  • VIDÉO © Angela Romboni
  • The Homecoming | photo Ruth Walz
    photo Ruth Walz
  • The Homecoming | photo Ruth Walz
    photo Ruth Walz
  • The Homecoming | photo Ruth Walz
    photo Ruth Walz
  • The Homecoming | photo Ruth Walz
    photo Ruth Walz

All you have to do is open the door to Pinter and you have gone into another world, our hidden side, the secret part of us, a place where dreams and insomnia join hands. Go see The Homecoming, which opens on the silence of a man reading a newspaper. In just a few scenes, this trompe-l’oeil will become a painting by Lucian Freud or Francis Bacon – ‘an island of solitude” says Luc Bondy – and this is done solely through the relationship between bodies, the cutting edge of spoken words, the weight of a violence that is compressed to the extreme. For this, you need actors who know how to produce the thousand and one nuances that go from vague allusion to precise threat, from almost banal insinuation to in-your-face confrontation. In order to approach the subtle Pinteresque chamber music, Bondy has called upon a translator who speaks all the dialects of human tension: Philippe Djian.

à paraître Le Retour d'Harold Pinter, traduit par Philippe Djian, Gallimard, octobre 2012.

Credits

creation

translation Philippe Djian
stage design Johannes Schuetz
costumes design Eva Dessecker
lights design Dominique Bruguière

production Odéon-Théâtre de l'Europe, Wiener Festwochen, Grand Théâtre de Luxembourg, Schauspielhaus – Zürich, MC2 Grenoble et Théâtre National de Bretagne.

Director

Luc Bondy Luc

Né à Zurich en 1948, le metteur en scène Luc Bondy a passé une partie de son enfance en France. Pendant ses études de théâtre à l'école Jacques Lecoq, il fait ses débuts au Théâtre Universitaire International de Paris en montant avec succès une nouvelle de Gombrowicz.
En 1969 il devient assistant au Thalia Theater de Hambourg.
A partir de 1971 il met en scène plusieurs pièces importantes : Les Bonnes de Genet à Hambourg, Les Chaises de Ionesco à Nuremberg, Comme il vous plaira de Shakespeare, Stella de Goethe. En 1972 sa mise en scène de The Sea de Edward Bond est distinguée par la critique et invitée au festival de Berlin. De 1974 à 1976 il travaille à la Städtische Bühne de Francfort puis il réalise plusieurs mises en scène à la Schaubühne de Berlin, dirigée par Peter Stein.
En 1984 Patrice Chéreau l'invite à réaliser sa première mise en scène en France avec Terre Etrangère de Schnitzler au Théâtre des Amandiers à Nanterre. Pour ce spectacle il obtient le Grand Trophée du théâtre de l'association des critiques allemands. En 1985 il succède à Peter Stein à la direction artistique de la Schaubühne à Berlin.
Parmi ses nombreuses mises en scène, il convient de citer Le Temps et la chambre de Botho Strauss (Berlin 1989), John Gabriel Borkman d’Ibsen (Lausanne et Vienne 1993), En attendant Godot de Beckett (Lausanne et Vienne 1999), La Mouette de Tchekhov (Vienne 2000), Drei Mal Leben de Yasmina Reza (Vienne 2000), Auf dem Land de Martin Crimp (Zurich et Berlin 2001), Unerwartete Rückkehr de Botho Strauss (Berlin 2002), Anatol de Schnitzler (Vienne 2002), Une pièce espagnole de Yasmina Reza (Paris 2004), Cruel and Tender de Martin Crimp (Vienne et Londres 2004), Die eine und die andere de Botho Strauss (Berlin 2005), La Seconde surprise de l'amour de Marivaux (théâtre Vidy-Lausanne 2007 et théâtre Nanterre-Amandiers 2008).

Dans le domaine de l'opéra, il a réalisé de nombreux spectacles : Lulu (1978), Wozzeck (1981), Cosí fan tutte (1984), Le Couronnement de Poppée (1989), Reigen de Philippe Boesmans (1993), dont il signe le livret, Don Giovanni (1990), Salomé (1992), Les Noces de Figaro (1995), Don Carlos (1996). En 2009, il met en scène Yvonne, princesse de Bourgogne de philippe Boesmans d'après Gombrowicz.

En 1988 son film Terre étrangère est présenté au festival de Cannes dans la sélection « Un certain regard ».
En 2004 son film Ne fais pas ça, avec Nicole Garcia, sort au cinéma.

Il a publié La Fête de l'instant (1996) chez Actes Sud, Dites-moi qui je suis pour vous (1999) chez Grasset, Mes Dibbouks (2006) et À ma fenêtre (2009) chez Bourgois.

Luc Bondy dirige depuis 2001 le festival de Vienne (Wiener Festwochen).
En décembre 2009 il a reçu à Paris le prix de la Fondation culturelle Cythère de Düsseldorf, qui récompense des personnalités engagées dans les échanges culturels entre l'Allemagne et les pays de langue romane.

A l'Odéon-Théâtre de l'Europe il présente :
- John Gabriel Borkman
de Ibsen en 1993
- Phèdre de Racine en 1998
- En attendant Godot de Beckett en 1999
- Die Möwe / La Mouette de Tchekov en 2002
- Viol de Botho Strauss d'après le Titus Andronicus de William Shakespeare, créé aux Ateliers Berthier en 2005.

Excerpt

« Just a touch »

RUTH
We’re married.

LENNY
On a visit to Europe, eh ? Seen much of  it ?

RUTH
We’ve just come from Italy.

LENNY
Oh, you went to Italy first, did you ? And then he brought you over here to meet the family, did he ? Well, the old man’ll be pleased to see you, I can tell you.

RUTH
Good.

LENNY
What did you say ?

RUTH
Good.

Pause.

LENNY
Where’d you go to Italy ?

RUTH
Venice.

LENNY
Not dear old Venice ? Eh ? That’s funny. You know, I’ve always had a feeling that if I’d been a soldier in the last war – say in the Italian campaign – I’d probably have found myself in Venice. I’ve always had that feeling. The trouble was I was too young to serve, you see. I was only a child, I was too small, otherwise I’ve got a pretty shrewd idea I’d probably have gone through Venice. Yes, I’d almost certainly have gone through it with my battalion. Do you mind if I hold your hand ?

RUTH
Why ?

LENNY
Just a touch.

He starts and goes to her.

Just a tickle.

RUTH
Why ?

He looks down at her.

LENNY
I’ll tell you why.

Slight pause.

One night, not too long ago, one night down by the docks, I was standing alone under an arch, watching all the men jibbing the boom, out in the harbour, and playing about with a yardarm, when a certain lady came up to me and made me a certain proposal. This lady had been searching for me for days. She’d lost tracks of my whereabouts. However, the fact was she eventually caught up with me, and when she caught up with me she made me this certain proposal. Well, this proposal wasn’t entirely out of order and normally I would have subscribed to it. I mean I would have subscribed to it in the normal course of events. The only trouble was she was falling apart with the pox. So I turned it down. Well, this lady was very insistent and started taking liberties which by any criterion I couldn’t be expected to tolerate, the facts being what they were, so I clumped her one. It was on my mind at the time to do away with her, you know, to kill her, and the fact is, that as killings go, it would have been a simple matter, nothing to it. Her chauffeur, who had located me for her, he’d popped round the corner to have a drink, which just left this lady and myself, you see, alone, standing underneath this arch, watching all the steamers steaming up, no one about, all quiet on the Western Front, and there she was up against this wall – well, just sliding down the wall, following the blow I’d given her. Well, to sum up, everything was in my favour, for a killing. Don’t worry about the chauffeur. The chauffeur would never have spoken. He was an old friend of the family. But… in the end I thought… Aaah, why go to all the bother… you know, getting rid of the corpse and all that, getting yourself into a state of tension. So I just gave her another belt in the nose and a couple of turns of the boot and sort of left it at that.

RUTH
How did you know she was diseased ?

LENNY
How did I know ?

Pause.

I decided she was.

Silence.

Harold Pinter : The Homecoming, Act I (Faber and Faber, Londres, 1999, pp. 45-48).

« Juste un contact »

RUTH. Nous sommes mariés.

LENNY. En voyage à travers l'Europe, hein ? Vous en avez vu beaucoup ?

RUTH. Nous arrivons d'Italie.

LENNY. Oh, vous êtes tout d'abord allés en Italie, je vois... Et ensuite, il vous a amenée jusqu'ici pour vous présenter la famille, c'est ça ? Eh bien, le vieux sera content de vous voir, je vous le garantis.

RUTH. Bon.

LENNY. Vous avez dit quoi ?

RUTH. Bon.

Pause

LENNY. Où êtes-vous allés, en Italie ?

RUTH. A Venise.

LENNY. Pas cette chère vieille Venise ? Hein ? C'est drôle. Vous savez, j'ai toujours eu l'impression que si j'avais été soldat durant la dernière guerre – mettons durant la Campagne d'Italie – je me serais sûrement retrouvé à Venise. J'ai toujours eu ce sentiment. Le problème était que j'étais trop jeune pour servir, vous voyez. Je n'étais qu'un enfant, j'étais trop petit, sinon j'ai le très net sentiment que je serais sans doute passé par Venise. Oui, j'y serais presque certainement passé avec mon bataillon. Vous permettez que je vous tienne la main ?

RUTH. Pourquoi ?

LENNY. Juste un contact.

Il se lève et se dirige vers elle.

Juste une chatouille.

RUTH. Pourquoi ?

Il baisse les yeux sur elle.

LENNY. Je vais vous dire pourquoi.

Légère pause

Une nuit, il n'y a pas si longtemps, un nuit du côté des docks, je me tenais là, seul, sous une arcade, à observer les gars carguer les voiles à l'autre bout du port, manoeuvrer la grand-vergue, lorsqu'une certaine dame s'est approchée de moi et m'a fait une certaine proposition. Cette femme me cherchait depuis des jours. Elle avait perdu ma trace. Quoi qu'il en soit, le fait est qu'elle m'avait finalement  retrouvé et une fois qu'elle m'avait retrouvé, elle m'avait fait cette fameuse proposition. Ma foi, cette proposition n'était pas totalement déplacée et j'y aurais accédé en temps normal. Je veux dire que j'y aurais accédé suivant le cours naturel des choses. Le seul problème était qu'elle se trouvait ni plus ni moins plombée par la vérole. J'ai donc décliné. Seulement, cette dame a vraiment insisté et elle a commencé à prendre des libertés avec moi sous cette arcade, libertés que sous quelque critère que ce soit, on ne pouvait attendre de moi que je les tolère, les choses étant ce qu'elles sont, si bien que je lui en ai collé un. A ce moment-là, j'avais même dans l'idée de la supprimer, vous savez, de lui régler son compte, et le fait est qu'en matière d'assassinat, rien n'aurait été plus simple, facile comme tout. Son chauffeur, qui m'avait retrouvé pour elle, avait tourné au coin de la rue pour aller boire un verre, ce qui nous laissait seuls, cette dame et moi, vous voyez, debout sous cette arcade à regarder fumer les bateaux à vapeur, aucune âme qui vive alentour, à l'Ouest rien de nouveau, et elle se tenait là, debout contre le mur — enfin, en train de glisser contre le mur après le coup que je lui avais mis. Donc, en résumé, dans l'hypothèse d'un assassinat, les atouts étaient de mon côté. Ne vous souciez pas du chauffeur. Le chauffeur n'aurait jamais parlé. C'était un vieil ami de la famille. Mais... pour finir j'ai pensé... Aaah, pourquoi se donner toute cette peine... vous savez, se débarrasser du corps et tout le bazar, se mettre dans un état de tension inutile. Si bien que je lui en ai simplement foutu un autre en plein dans le nez, je lui ai encore mis quelques coups de botte et j'ai laissé tomber.

RUTH. Comment saviez-vous qu'elle était malade ?

LENNY. Comment je le savais ?

Pause

J'ai décidé qu'elle l'était.

Silence

Harold Pinter : Le Retour, acte I (traduction : Philippe Djian)

On Tour

Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg / Luxembourg

Monday January 14 2013 / 20:00
Tuesday January 15 2013 / 20:00

Schauspielhaus / Zurich

Wednesday January 23 2013 / 20:00
Thursday January 24 2013 / 20:00
Friday January 25 2013 / 20:00

TNT / Toulouse

Thursday January 31 2013 / 20:30
Friday February 1 2013 / 20:30
Saturday February 2 2013 / 20:30

TNN / Nice

Wednesday March 6 2013 / 20:00
Thursday March 7 2013 / 20:00
Thursday March 8 2012 / 20:00
Friday March 9 2012 / 20:00
Saturday March 10 2012 / 15:00

Théâtre National de Bretagne / Rennes

Sunday March 18 2012 / 20:00
Monday March 19 2012 / 20:00
Tuesday March 20 2012 / 20:00
Wednesday March 21 2012 / 20:00
Thursday March 22 2012 / 20:00
Friday March 23 2012 / 20:00
Sunday March 25 2012 / 20:00
Monday March 26 2012 / 20:00
Tuesday March 27 2012 / 20:00

MC2 / Grenoble

Thursday April 4 2013 / 20:30
Friday April 5 2013 / 20:30
Saturday April 6 2013 / 20:30
Sunday April 7 2013 / 20:30
Tuesday April 9 2013 / 20:30
Wednesday April 10 2013 / 20:30

Piccolo Teatro di Milano – Teatro d’Europa / Milan

Wednesday May 8 2013 / 20:30
Thursday May 9 2013 / 20:30
Friday May 10 2013 / 20:30
Saturday May 11 2013 / 20:30
Sunday May 12 2013 / 20:30

Wiener Festwochen / Vienne

Saturday May 18 2013 / 20:30
Sunday May 19 2013 / 20:30
Tuesday May 21 2013 / 20:30
Wednesday May 22 2013 / 20:30
Thursday May 23 2013 / 20:30
Friday May 24 2013 / 20:30