Grande Salle
Monday May 29 2017 / 20:00
Plein tarif 10€ / Tarif réduit 6€

« Ridicules ténèbres », de Wolfram Lotz

Lecture réalisée par Alexandre Plank

  • « Ridicules ténèbres », de Wolfram Lotz | © DR
    © DR
  • « Ridicules ténèbres », de Wolfram Lotz | Wolfram Lotz, photo © DR
    Wolfram Lotz, photo © DR

avec Jean-Baptiste Anoumon, Clément Bresson, Geoffrey Carey, Rodolphe Congé, Olivier Martinaud, Emanuel Matte, Miglen Mirchev, Mohamed Nour Wana, Thierry Raynaud.

Diffusion dans Théâtre & Cie, le dimanche 4 juin à 21 h sur France Culture

Cette « pièce de guerre » s’inspire du roman de Joseph Conrad Au cœur des ténèbres et de son avatar cinématographique, Apocalypse now de Francis Ford Coppola. Une insondable jungle dans laquelle vont se rendre ridicules ceux-là mêmes qui croient ou prétendent se rendre utiles à l’humanité :  les Européens.

Le texte de Lotz fait chauffer la machine théâtrale. Si la pièce est désignée comme Hörspiel, il ne faut pas l’entendre nécessairement ni exclusivement comme ce qu’on appelle en français une dramatique radiophonique ou un audiodrame : c’est une œuvre sonore. Toute une série d’effets burlesque ou poétiques sont fixés par les didascalies. Ces effets participent d’un balancement permanent qui caractérise le ton et le style de la pièce : tout est compensé en permanence par son antidote, le comique par le tragique, le poétique par le trivial, le sentimental par le politique.
Grotesque et mélancolique, ironique et clownesque, la pièce de Lotz est un voyage à travers les plus sombres recoins de l'histoire européenne. Elle nous montre aussi, dans un même geste, la puissance et l’impuissance du théâtre, sa grandeur et son ridicule. [...] Non, le théâtre n’est pas la guerre, n’est pas la violence, n’est pas l’exploitation, n’est pas l’horreur : il ne peut ontologiquement pas l’être. Il ne peut pas être à la hauteur. Mais si le théâtre n’est pas la réalité, il est aussi le pouvoir de dire, de montrer ce qui distingue le réel de ses représentations, aussi scandaleuses ou critiques se voudraient-elles.

À sa création en Allemagne, en 2014, la pièce s'est retrouvée à l’affiche de six théâtres, et pas des moindres : l’Akademietheater de Vienne, le Thalia Theater de Hambourg, le Deutsches Theater de Berlin, et puis Wiesbaden, Essen et Lucerne !

Pascal Paul-Harang (traducteur de la pièce)

L'Arche est agent théâtral du texte. www.arche-editeur.com

Wolfram Lotz

L'auteur est né à Hambourg en 1981. Après des études de littérature, d’art et de sciences des médias à l’Université de Constance, il étudie l’écriture littéraire au Deutsches Literaturinstitut de Leipzig. Outre ses textes de théâtre, il est l’auteur de dramatiques radiophoniques, de poèmes et de textes en prose. Il a obtenu plusieurs prix et récompenses, entre autres :
2010 Prix du public du Stückemarkt des Berliner Theatertreffen pour Der große Marsch
2011 Prix Kleist (prix d’encouragement) pour Der große Marsch
Prix littéraire d’encouragement de la ville de Constance
2011 Désigné découverte de l’année par le jury du magazine Theater Heute
2015 Invitation aux Theatertreffen de Berlin de la pièce Die lächerliche Finsternis (Ridicules ténèbres) dans la mise en scène de la création à l'Akademietheater de Vienne.
2015 Désigné par le magazine Theater Heute comme dramaturge de l'année pour sa pièce Die lächerliche Finsternis (Ridicules ténèbres).

Réécouter la lecture