18 octobre-23 décembre 2012 / Odéon 6e

Le Retour

de Harold Pinter mise en scène Luc Bondy

avec Bruno Ganz, Louis Garrel, Pascal Greggory, Jérôme Kircher, Micha Lescot, Emmanuelle Seigner

Durée

2h20

Lieu

Odéon 6e

Tarifs

de 6€ à 34€

Ouverture à la location le 25 septembre pour les représentations jusqu'au 25 novembre, et le 6 novembre pour les représentations jusqu'au 23 décembre.

TEDDY. Tu te sens nerveuse?
RUTH. Non.
TEDDY. Tu n'as aucune raison de l'être.
Ce sont des gens très chaleureux, vraiment. Très chaleureux. Ils sont ma famille. Ils ne vont pas te manger.

Le Retour, Harold Pinter

À relire Pinter aujourd’hui, un demi-siècle après la création du Retour et moins d’une décennie après son prix Nobel, sa véritable stature et son originalité prennent un relief nouveau. Il suffit d’entrer chez lui pour passer dans un autre monde au verso de nous-mêmes, du côté de notre part inavouée, en un point où se rejoignent le rêve et l’insomnie. Voyez Le Retour, qui s’ouvre sur le silence d’un individu lisant le journal. Homme et espace sans qualités ou presque, banalité d’un jour que rien ne distingue, telles sont les données initiales. En quelques scènes, ce trompe-l’œil va devenir une toile de Lucian Freud ou de Francis Bacon – « une île de la solitude », dit Luc Bondy – et cela sans qu’aucun élément visible ne soit modifié, sans que soit versée une seule goutte de sang, uniquement par le rapport des corps, le tranchant des paroles, la charge d’une violence comprimée à l’extrême. Car le « retour » est aussi un retournement : tous les jeux sociaux, familiaux, professionnels, matrimoniaux tels qu’ils se jouent couramment sont subvertis sous nos yeux, tantôt par degrés minuscules, tantôt par brèves et brusques saccades (le temps dramatique de Pinter est d’ailleurs inséparable de sa vision : immobile puis jaillissant, c’est un temps venimeux d’animal et de prédateur, un temps de serpent). À une telle partition, il faut des interprètes qui sachent tenir et relancer les mille nuances d’un registre qui s’étend de la vague allusion à la menace la plus précise, du sous-entendu presque anodin à l’attaque frontale. Luc Bondy aime ces œuvres mystérieuses qui frôlent et puis foudroient, suggérant plus qu’elles n’affirment. Pour aborder la subtile musique de chambre pintérienne, il en a commandé une version nouvelle à un traducteur qui parle couramment tous les dialectes de la tension : Philippe Djian.

à lire Le Retour d'Harold Pinter, traduit par Philippe Djian, Gallimard, octobre 2012.

création

mise en scène Luc Bondy
traduction Philippe Djian
conseiller dramaturgique Botho Strauss
décor Johannes Schütz
costumes Eva Dessecker
lumière Dominique Bruguière
maquillage et coiffure Cécile Kretschmar

Production : Odéon-Théâtre de l’Europe, Wiener Festwochen-Vienne, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Schauspielhaus – Zürich, MC2 Grenoble, Théâtre National de Bretagne-Rennes, Piccolo Teatro di Milano- Teatro d'Europa
avec les soutiens de Monsieur Pierre Bergé et du Cercle de l'Odéon

L’Arche est agent théâtral du texte représenté

À lire : Le Retour de Harold Pinter, nouvelle traduction de Philippe Djian
© Editions Gallimard, 2012, pour la traduction française

 

Harold Pinter

Après l’école secondaire (où il écrit de la poésie et joue dans des productions théâtrales), il est admis à la Royal Academy of Dramatic Art, qu’il quitte pour la Central School of Speech and Drama. En 1956, il épouse la comédienne Vivien Merchant ; sa première pièce, The Room (La Chambre), est mise en scène l’année suivante. En 1958, The Birthday Party (l’Anniversaire) tombe après huit représentations mais lui vaut un compte-rendu enthousiaste d’un critique dramatique très influent qui le fait remarquer.

Au cours du demi-siècle suivant, Pinter bâtit une oeuvre riche de quatre volumes de pièces, qu’il a parfois lui-même adaptées à l’écran ou dirigées sur scène ou à la radio, et de vingt-sept scénarios pour la télévision ou le cinéma (dont The Servant, Accident ou The Go-Between, mis en scène par Joseph Losey), tout en poursuivant épisodiquement sa carrière d’acteur. En 1980, il divorce de Vivien Merchant et épouse l’historienne Antonia Fraser, avec qui il partage sa vie depuis cinq ans. Lauréat du Prix Nobel de Littérature en 2005, il annonce sa retraite de l’écriture dramatique et joue en octobre 2006 son dernier rôle, Krapp’s Last Tape (La Dernière bande) de Samuel Beckett, au Royal Court à l’occasion du cinquantième anniversaire du théâtre. Harold Pinter succombe à un cancer du foie le 24 décembre 2008.

Bondy Luc

Né en 1948 à Zurich, il entame dès la fin des années 1960 une carrière de metteur en scène qui l’amène à signer plus de soixante-dix spectacles, d’abord à travers toute l’Allemagne puis dans le monde entier.

Luc Bondy, qui a entre autres succédé à Peter Stein à la Schaubühne et dirigé les Wiener Festwochen de 2001 à 2013, a abordé les auteurs les plus variés : Beckett, Bond, Büchner, Crimp, Euripide, Fassbinder, Genet, Gœthe, Gombrowicz, Handke, Ibsen, Ionesco (Les Chaises, Nanterre, 2010), Marivaux, Molière, Pinter, Racine, Reza, Schnitzler (Terre étrangère, Nanterre, 1984), Shakespeare, Botho Strauss, Tchekhov, Witkiewicz...

À l’opéra, du Wozzeck de Berg (Hambourg 1976) à Charlotte Salomon de Marc-André Dalbavie (création mondiale au Festival de Salzbourg 2014), il a monté Bœsmans, Britten, Haendel, Mozart, Puccini, Strauss ou Verdi à Paris, Salzbourg, Florence, Milan, Londres, Vienne, Bruxelles...

Au cinéma, il a réalisé trois films : Die Ortliebschen Frauen (1979) ; Terre étrangère, avec Michel Piccoli, Bulle Ogier, Alain Cuny (1988) ; Ne fais pas ça avec Nicole Garcia, Natacha Régnier, Dominique Reymond (2004).

Il a écrit plusieurs livres, publiés chez Grasset ou Christian Bourgois. Dernière parution : Toronto (Zsolnay, Vienne 2012).  

Luc Bondy, qui dirigeait l'Odéon depuis 2012, est décédé le 28 novembre 2015, à la suite d'une pneumonie.

 

Ivanov, photo de répétition. 2015 © Thierry Depagne

 

A l'Odéon-Théâtre de l'Europe :
John Gabriel Borkman, Henrik Ibsen, 1993
Phèdre, Racine, 1998
En attendant Godot, Samuel Beckett, 1999
La Mouette, Anton Tchekhov, 2002
Viol, Botho Strauss, 2006
Die schönen Tage von Aranjuez, Peter Handke, 2012
Le Retour, Harold Pinter, 2012
Les Fausses Confidences, Marivaux, 2014 (reprise en mai 2015)
Tartuffe, Molière, 2014 (reprise en janvier 2016)
Ivanov, Anton Tchekhov, 2015
 

« Just a touch »

RUTH
We’re married.

LENNY
On a visit to Europe, eh ? Seen much of  it ?

RUTH
We’ve just come from Italy.

LENNY
Oh, you went to Italy first, did you ? And then he brought you over here to meet the family, did he ? Well, the old man’ll be pleased to see you, I can tell you.

RUTH
Good.

LENNY
What did you say ?

RUTH
Good.

Pause.

LENNY
Where’d you go to Italy ?

RUTH
Venice.

LENNY
Not dear old Venice ? Eh ? That’s funny. You know, I’ve always had a feeling that if I’d been a soldier in the last war – say in the Italian campaign – I’d probably have found myself in Venice. I’ve always had that feeling. The trouble was I was too young to serve, you see. I was only a child, I was too small, otherwise I’ve got a pretty shrewd idea I’d probably have gone through Venice. Yes, I’d almost certainly have gone through it with my battalion. Do you mind if I hold your hand ?

RUTH
Why ?

LENNY
Just a touch.

He starts and goes to her.

Just a tickle.

RUTH
Why ?

He looks down at her.

Harold Pinter : The Homecoming, Act I, Faber and Faber, Londres, 1999, pp. 45-48.

« Juste un contact »

RUTH. Nous sommes mariés.

LENNY. En voyage à travers l'Europe, hein ? Vous en avez vu beaucoup ?

RUTH. Nous arrivons d'Italie.

LENNY. Oh, vous êtes tout d'abord allés en Italie, je vois... Et ensuite, il vous a amenée jusqu'ici pour vous présenter la famille, c'est ça ? Eh bien, le vieux sera content de vous voir, je vous le garantis.

RUTH. Bon.

LENNY. Vous avez dit quoi ?

RUTH. Bon.

Pause

LENNY. Où êtes-vous allés, en Italie ?

RUTH. A Venise.

LENNY. Pas cette chère vieille Venise ? Hein ? C'est drôle. Vous savez, j'ai toujours eu l'impression que si j'avais été soldat durant la dernière guerre – mettons durant la Campagne d'Italie – je me serais sûrement retrouvé à Venise. J'ai toujours eu ce sentiment. Le problème était que j'étais trop jeune pour servir, vous voyez. Je n'étais qu'un enfant, j'étais trop petit, sinon j'ai le très net sentiment que je serais sans doute passé par Venise. Oui, j'y serais presque certainement passé avec mon bataillon. Vous permettez que je vous tienne la main ?

RUTH. Pourquoi ?

LENNY. Juste un contact.

Il se lève et se dirige vers elle.

Juste une chatouille.

RUTH. Pourquoi ?

Il baisse les yeux sur elle.

Harold Pinter : Le Retour, acte I, nouvelletraduction : Philippe Djian.

Le CRDP de Paris vous propose un dossier complet, disponible sur son site internet. Il  permet aux professeurs de préparer la venue au spectacle et offre des pistes d’exploitations pédagogiques en classe.

Public déficient visuel, l'Odéon vous offre un service de description simultanée diffusée par casque ainsi qu'un programme en braille ou en gros caractères sur certaines dates : les 2, 4 et 18 décembre.
- Ligne directe de réservation : 01 44 85 40 88, ou par courriel : collectivites@theatre-odeon.fr

Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, Luxembourg

Lundi 14 Janvier 2013 / 20h00
Mardi 15 Janvier 2013 / 20h00

Schauspielhaus, Zurich

Mercredi 23 Janvier 2013 / 20h00
Jeudi 24 Janvier 2013 / 20h00
Vendredi 25 Janvier 2013 / 20h00

TNT, Toulouse

Jeudi 31 Janvier 2013 / 20h30
Vendredi 1 Février 2013 / 20h30
Samedi 2 Février 2013 / 20h30

TNN, Nice

Mercredi 6 Mars 2013 / 20h00
Jeudi 7 Mars 2013 / 20h00
Jeudi 8 Mars 2012 / 20h00
Vendredi 9 Mars 2012 / 20h00
Samedi 10 Mars 2012 / 15h00

Théâtre National de Bretagne, Rennes

Dimanche 18 Mars 2012 / 20h00
Lundi 19 Mars 2012 / 20h00
Mardi 20 Mars 2012 / 20h00
Mercredi 21 Mars 2012 / 20h00
Jeudi 22 Mars 2012 / 20h00
Vendredi 23 Mars 2012 / 20h00
Dimanche 25 Mars 2012 / 20h00
Lundi 26 Mars 2012 / 20h00
Mardi 27 Mars 2012 / 20h00

MC2, Grenoble

Jeudi 4 Avril 2013 / 20h30
Vendredi 5 Avril 2013 / 20h30
Samedi 6 Avril 2013 / 20h30
Dimanche 7 Avril 2013 / 20h30
Mardi 9 Avril 2013 / 20h30
Mercredi 10 Avril 2013 / 20h30

Piccolo Teatro di Milano – Teatro d’Europa, Milan

Mercredi 8 Mai 2013 / 20h30
Jeudi 9 Mai 2013 / 20h30
Vendredi 10 Mai 2013 / 20h30
Samedi 11 Mai 2013 / 20h30
Dimanche 12 Mai 2013 / 20h30

Wiener Festwochen, Vienne

Samedi 18 Mai 2013 / 20h30
Dimanche 19 Mai 2013 / 20h30
Mardi 21 Mai 2013 / 20h30
Mercredi 22 Mai 2013 / 20h30
Jeudi 23 Mai 2013 / 20h30
Vendredi 24 Mai 2013 / 20h30

Partenaires

En images

  • Le Retour | photo Ruth Walz

    photo Ruth Walz

  • VIDÉO © Angela Romboni

  • Le Retour | photo Ruth Walz

    photo Ruth Walz

  • Le Retour | photo Ruth Walz

    photo Ruth Walz

  • Le Retour | photo Ruth Walz

    photo Ruth Walz

  • Le Retour | photo Ruth Walz

    photo Ruth Walz