La Bonne Âme du Se-Tchouan

Simple, drôle et terrible.
Tout doucement, sans bruit mais en musique, la compagnie Air de lune est devenue l’une des plus populaires de France. Jean Bellorini s’était déjà fait remarquer avec sa Tempête sous un crâne, une adaptation des Misérables pour sept comédiens et deux instrumentistes cosignée avec Camille de la Guillonnière. Deux ans plus tard, les deux complices récidivent avec Paroles gelées, d’après le Quart Livre, qui a valu à son metteur en scène le Prix de la Révélation Théâtrale 2012 décerné par le Syndicat de la critique. Après Hugo et Rabelais, comment s’attaquera-t-il à Brecht, quelles harmoniques grinçantes lui et ses dix-huit comédiens vont-ils en tirer ? «Il ne s’agit pas d’être actuel,» confie le metteur en scène, «il s’agit d’être contemporain». Contemporain comme le monde «où la dureté est une valeur qui se nourrit de tous nos égoïsmes».
Les tribulations de la vaillante Shen Té étaient faites pour attirer Bellorini, qui assume franchement son humanisme et son amour des formes populaires, l'essentiel selon lui étant que les artistes puissent s’expliquer directement, au présent, avec le public. Il a été attiré par une fable dont la dimension didactique, selon lui, «a tendance à s’effacer devant le poétique et le lyrique», mais sans disparaître tout à fait. Pour récompenser Shen Té, la prostituée au grand coeur, les dieux lui offrent de l'argent, mais sans aucun conseil sur la façon de l'employer. C'est qu'apparemment, tout en sachant déchiffrer la vertu cachée dans le cœur de l'homme, les Inspirés ne songent pas à en partager le secret avec nous : qu'un seul être soit bon, voilà un spectacle qui suffit à leur quête, mais ils ne se soucient pas pour autant de rendre meilleur le monde qu'ils ne visitent que pour quelques jours. Or l'humanité, elle, se débat dans un tel monde imparfait : elle n'en a pas d'autre, ni d'autre temps que celui où elle lutte pour sa survie. Comment sortir de la misère quand l'homme est un loup pour l'homme ? Peut-on préparer l'avenir sans rester sourd à l'urgence du malheur présent ? Brecht pose des questions comme on lance des appels. Entre mélodies de rêve et rumeurs de réalité, Bellorini nous promet un spectacle à la hauteur de telles interrogations : «simple, drôle, et aussi terrible», conduit sur un rythme de bal, dans un esprit de fanfare... et en présence d'un pianiste fou.

Berthier 17e
France

La Bonne Âme du Se-Tchouan

07 novembre 15 décembre

de Bertolt Brecht

mise en scène Jean Bellorini

avec Danielle Ajoret, Michalis Boliakis, Camille de la Guillonnière, François Deblock, Karyll Elgrichi, Claude Evrard, Jules Garreau, Jacques Hadjaje, Med Hondo, Blanche Leleu , Clara Mayer, Teddy Melis, Marie Perrin, Marc Plas, Geoffroy Rondeau , Hugo Sablic, Damien Zanoly, et les enfants : Léo Monème, Côme Malchiodi

Lieu

Berthier 17e

Durée

3h15, avec un entracte

Votre venue

Berthier 17e Accès

Tarifs

de 6€ à 30€
En savoir plus

Ouverture à la location le 09/10/2013


Ils jettent une ombre, vos corps,
Dans le flot de lumière d'or
Donc permettez-nous maintenant
De rentrer dans notre néant.

Eure Körper werfen Schatten
In der Flut des goldnen Lichts
Drum müßt ihr uns schon gestatten
Heimzugehn in unser Nichts.
 

Simple, drôle et terrible.
Tout doucement, sans bruit mais en musique, la compagnie Air de lune est devenue l’une des plus populaires de France. Jean Bellorini s’était déjà fait remarquer avec sa Tempête sous un crâne, une adaptation des Misérables pour sept comédiens et deux instrumentistes cosignée avec Camille de la Guillonnière. Deux ans plus tard, les deux complices récidivent avec Paroles gelées, d’après le Quart Livre, qui a valu à son metteur en scène le Prix de la Révélation Théâtrale 2012 décerné par le Syndicat de la critique. Après Hugo et Rabelais, comment s’attaquera-t-il à Brecht, quelles harmoniques grinçantes lui et ses dix-huit comédiens vont-ils en tirer ? «Il ne s’agit pas d’être actuel,» confie le metteur en scène, «il s’agit d’être contemporain». Contemporain comme le monde «où la dureté est une valeur qui se nourrit de tous nos égoïsmes».
Les tribulations de la vaillante Shen Té étaient faites pour attirer Bellorini, qui assume franchement son humanisme et son amour des formes populaires, l'essentiel selon lui étant que les artistes puissent s’expliquer directement, au présent, avec le public. Il a été attiré par une fable dont la dimension didactique, selon lui, «a tendance à s’effacer devant le poétique et le lyrique», mais sans disparaître tout à fait. Pour récompenser Shen Té, la prostituée au grand coeur, les dieux lui offrent de l'argent, mais sans aucun conseil sur la façon de l'employer. C'est qu'apparemment, tout en sachant déchiffrer la vertu cachée dans le cœur de l'homme, les Inspirés ne songent pas à en partager le secret avec nous : qu'un seul être soit bon, voilà un spectacle qui suffit à leur quête, mais ils ne se soucient pas pour autant de rendre meilleur le monde qu'ils ne visitent que pour quelques jours. Or l'humanité, elle, se débat dans un tel monde imparfait : elle n'en a pas d'autre, ni d'autre temps que celui où elle lutte pour sa survie. Comment sortir de la misère quand l'homme est un loup pour l'homme ? Peut-on préparer l'avenir sans rester sourd à l'urgence du malheur présent ? Brecht pose des questions comme on lance des appels. Entre mélodies de rêve et rumeurs de réalité, Bellorini nous promet un spectacle à la hauteur de telles interrogations : «simple, drôle, et aussi terrible», conduit sur un rythme de bal, dans un esprit de fanfare... et en présence d'un pianiste fou.


  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo de répétition © Thierry Depagne

    photo de répétition © Thierry Depagne

  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo  © Polo Garat - Odessa

    photo © Polo Garat - Odessa

  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo  © Polo Garat - Odessa

    photo © Polo Garat - Odessa

  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo  © Polo Garat - Odessa

    photo © Polo Garat - Odessa

  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo  © Polo Garat - Odessa

    photo © Polo Garat - Odessa

  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo de répétition © Thierry Depagne

    photo de répétition © Thierry Depagne

  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo de répétition © Thierry Depagne

    photo de répétition © Thierry Depagne

  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo de répétition © Thierry Depagne

    photo de répétition © Thierry Depagne

  • La Bonne Âme du Se-Tchouan | photo de répétition © Thierry Depagne

    photo de répétition © Thierry Depagne

Générique

Traduction Camille de la Guillonnière et Jean Bellorini

mise en scène, scénographie et lumière Jean Bellorini
costumes Macha Makeïeff, assistée de Claudine Crauland
création musicale Jean Bellorini, Michalis Boliakis, Hugo Sablic
son Joan Cambon
Maquillages et coiffures Laurence Aué
 

production TNT – Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées
coproduction : Compagnie Air de Lune, Odéon-Théâtre de l'Europe, La Criée – Théâtre national de Marseille, Théâtre de la Croix-Rousse – Lyon, Théâtre Liberté – Toulon, Espace Jean Legendre – Théâtre de Compiègne, Théâtre Firmin Gémier – La Piscine à Châtenay-Malabry, Scène nationale d'Albi, l’Équinoxe – Scène nationale de Châteauroux, Le Cratère – Scène nationale d'Alès

avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Île-de-France, du Conseil Général de Seine-Saint-Denis

avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

en collaboration avec le bureau formART

La Compagnie Air de Lune est accueillie en résidence au TGP – CDN de Saint-Denis

Jean Bellorini est artiste invité du Théâtre national de Toulouse

L'Arche est éditeur du texte représenté



créé le 9 octobre 2013 au TNT – Théâtre national de Toulouse

  avec le soutien du Cercle de l'Odéon

Metteur en scène

Jean Bellorini

Directeur artistique de la Compagnie Air de Lune, metteur en scène, compositeur, formateur, pédagogue, Jean Bellorini entre dans la mise en scène en 2002 avec Piaf, l’Ombre de la Rue (Théâtre du Renard, Paris, Festival d'Avignon et tournée). Un an après, alors qu'il commence à diriger les Auditions Promotionnelles de l'École Claude Mathieu (où il enseigne régulièrement depuis 2005), Bellorini présente au Théâtre du Soleil La Mouette, de Tchekhov. Toujours assisté de Marie Ballet, et toujours au Théâtre du Soleil, il met en scène en 2004 une Yerma de García Lorca dont il compose la musique, avant de revenir à Tchekhov avec Oncle Vania (Théâtre de la Faisanderie, Chantilly, 2006). En 2008, tout en intervenant au CRR pour le Jeune Chœur de Paris, il monte au Théâtre de la Cité Internationale, avec Marie Ballet, un acte de L'Opérette Imaginaire de Valère Novarina.
Mais c'est en 2010, avec Tempête sous un crâne, d’après Les Misérables de Victor Hugo, que la Compagnie Air de Lune se fait connaître d'un très large public : le spectacle, créé au Théâtre du Soleil, n'a pas cessé de tourner depuis. Deux ans plus tard, Jean Bellorini retrouve Camille de la Guillonnière pour signer une adaptation de Rabelais : Paroles gelées, dont il compose la musique, est créé au Théâtre national de Toulouse Midi- Pyrénées, puis accueilli au TGP de Saint-Denis.
Il présentera prochainement Liliom (ou la vie et la mort d'un vaurien), de Ferenc Molnár, dans le cadre du Printemps des Comédiens à Montpellier. A entamé en 2009 une carrière de metteur en scène d'opéra (Barbe Bleue, d'Offenbach, à l'Opéra de Fribourg). A reçu en 2012 le prix Jean-Jacques Gautier de la SACD ainsi que le prix de la Révélation Théâtrale (décerné par le Syndicat de la critique).  

Auteur

Bertolt Brecht

(1898-1956)

Auteur dramatique, poète lyrique, narrateur et cinéaste, théoricien de l'art et metteur en scène allemand. Il défend la conception d'un théâtre "épique", défini par sa fonction sociale et politique. Il est considéré comme le plus grand dramaturge contemporain.
Issu d'une famille bourgeoise, Bertolt Brecht commence ses études à Munich en 1917, à la faculté de lettres puis de médecine, avant d'être mobilisé comme infirmier en 1918.

Sa première pièce est Baal (1918). Avec Tambours dans la nuit, il obtient un prix littéraire en 1922 et se rend à Berlin, qui est alors la "Cité européenne du Théâtre". En quelques années il devient un auteur célèbre, avec ses pièces : Noce chez les petits bourgeois (1919), La vie d'Edouard II, Mahagonny, Sainte Jeanne des abattoirs, La Mère, Homme pour homme, l'Opéra de Quat'sous (1928), l'Exception et la règle. Ces pièces, d'une brûlante actualité, sont le reflet de l'esprit de révolte et de provocation de l'auteur. Ses convictions marxistes et anti-nazies le conduiront à l'exil en 1933.

Après le Danemark et la Finlande, il rejoint les Etats-Unis. Il y écrit Mère courage et ses enfants et le Cercle de craie caucasien qui constituent son répertoire le plus populaire. En 1947, dans un climat de chasse aux sorcières, il est interrogé par la "Commission des activités anti-américaines" pour sympathies communistes. En 1948, l'auteur retourne dans son pays et s'installe à Berlin-Est où il fonde, avec son épouse la comédienne Helene Weigel, la troupe théâtrale du Berliner-Ensemble.

Représentations à l'Odéon :
- Le Cercle de craie caucasien en 1960 dans une mise en scène de John Blatchley et Jean Daste.
- Antigone en 1972-73 dans une mise en scène de Jean-Pierre Miquel.
- Milva chante Brecht, Les 17 et 18 mai 1981, dans une mise en scène de Giorgio Strehler.
- Io, Bertolt Brecht, en 1976 et 1982-83, dans une mise en scène de Giorgio Strehler.
- L'Opéra de Quat'sous, dans une mise en scène de G. Strehler (1986-87).
- Le livre de Spencer d'après Marlowe et Bertolt Brecht en 1994, dans une mise en scène de Lluis Pasqual.
- Tambours dans la nuit et La noce chez les petits bourgeois, en mai-juin 1998, dans une mise en scène de Georges Lavaudant.
- Sainte-Jeanne des abattoirs, mis en scène par Alain Milianti, en janv.-fév. 1999.
- Baal, mis en scène par Arpad Schilling, en nov. 2000, puis par Sylvain Creuzevault, en oct. 2006.

Extrait

Epilog
Vor den Vorhang tritt ein Spieler und wendet sich enschuldigend an das Publikum mit einem Epilog.
Verehrtes Publikum, jetzt kein Verdruß.
Wir wissen wohl, das ist kein rechter Schluß.
Vorschwebte uns : die goldene Legende.
Unter der Hand nahm sie ein bitteres Ende.
Wir stehen selbst enttäuscht und sehn betroffen
Den Vorhang zu und alle Fragen offen.
Dabei sind wir doch auf Sie angewiesen
Daß Sie bei uns zu Haus sind und genießen.
Wir können es uns leider nicht verhehlen :
Wir sind bankrott, wenn Sie uns nicht empfehlen!
Vielleicht fiel uns aus lauter Furcht nichts ein.
Das kam schon vor. Was könnt die Lösung sein?
Wir konnten keine finden, nicht einmal für Geld.
Soll es ein andrer Mensch sein? Oder eine andre Welt?
Vielleicht nur andere Götter? Oder keine?
Wir sind zerschmettert und nicht nur zum Scheine!
Der einzige Ausweg wäre aus diesem Ungemach :
Sie selber dächten auf der Stelle nach
Auf welche Weis dem guten Menschen man
Zu einem guten Ende helfen kann.
Verehrtes Publikum, los, such dir selbst den Schluß!
Es muß ein guter da sein, muß, muß, muß!

Bertolt Brecht : Der gute Mensch von Sezuan

 

épilogue
Un acteur paraît devant le rideau et sous la forme d'un épilogue adresse ses excuses au public :
à présent, cher public, pas de ressentiment :
Nous le savons, ce n'est pas un vrai dénouement.
Dans notre esprit cette légende était dorée
Et elle a pris un tour amer, comme en secret.
Nous les voyons, déçus nous aussi et confus,
Ce rideau clos et ces questions non résolues.
Mais comme ici vous devez vous sentir chez vous
Et prendre du plaisir, nous dépendons de vous.
Hélas, nous ne pouvons avoir le moindre doute :
Sans votre appui, c'est pour nous la déroute !
La peur nous aurait-elle ôté l'inspiration ?
Cela s'est vu. Où est la solution ?
Même pour de l'argent, nous n'avons rien trouvé.
Faudrait-il d'autres hommes ? Un monde changé ?
Peut-être seulement d'autres dieux ! Ou aucun ?
Notre accablement n'est pas feint.
La seule issue à ce problème qui irrite
Serait que vous réfléchissiez et tout de suite
à la manière d'aider la bonne personne
à trouver la fin qui soit bonne.
Très cher public, cherche la fin qui fait défaut :
Il faut que cette fin existe, il le faut, il le faut !

Bertolt Brecht : La Bonne âme du Se-Tchouan, texte français Jeanne Stern (L'Arche, 1975, p. 330)

Tournées

TNT – Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées, Toulouse

Mercredi 9 Octobre 2013 / 19h30
Jeudi 10 Octobre 2013 / 19h30
Vendredi 11 Octobre 2013 / 20h30
Samedi 12 Octobre 2013 / 20h30
Dimanche 13 Octobre 2013 / 16h00
Mardi 15 Octobre 2013 / 20h30
Mercredi 16 Octobre 2013 / 19h30
Jeudi 17 Octobre 2013 / 19h30
Vendredi 18 Octobre 2013 / 20h30
Samedi 19 Octobre 2013 / 20h30
Site du théâtre

Comédie de Valence, CDN Drôme-Ardèche, Valence

Jeudi 19 Décembre 2013 / 20h00
Vendredi 20 Décembre 2013 / 20h00
Site du théâtre

Théâtre Firmin Gémier – La Piscine, Châtenay-Malabry

Mardi 7 Janvier 2014 / 20h00
Mercredi 8 Janvier 2014 / 20h00
Jeudi 9 Janvier 2014 / 19h00
Vendredi 10 Janvier 2014 / 20h00
Samedi 11 Janvier 2014 / 18h00
Dimanche 12 Janvier 2014 / 15h00
Site du théâtre

Espace Jean Legendre, Compiègne

Jeudi 16 Janvier 2014 / 20h45
Vendredi 17 Janvier 2014 / 20h45
Site du théâtre

Théâtre Liberté, Toulon

Jeudi 23 Janvier 2014 / 20h30
Vendredi 24 Janvier 2014 / 20h30
Site du théâtre

La Criée, Théâtre National de Marseille, Marseille

Mercredi 29 Janvier 2014 / 19h00
Jeudi 30 Janvier 2014 / 20h00
Vendredi 31 Janvier 2014 / 20h00
Samedi 1 Février 2014 / 20h00
Site du théâtre

Equinoxe, scène nationale, Châteauroux

Jeudi 6 Février 2014 / 19h30
Vendredi 7 Février 2014 / 20h00
Site du théâtre

Le Cratère, scène nationale, Alès

Jeudi 13 Février 2014 / 19h00
Vendredi 14 Février 2014 / 20h30
Samedi 15 Février 2014 / 20h30
Site du théâtre

Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon

Mercredi 19 Février 2014 / 20h00
Jeudi 20 Février 2014 / 20h00
Vendredi 21 Février 2014 / 20h00
Samedi 22 Février 2014 / 19h30
Mardi 25 Février 2014 / 20h00
Mercredi 26 Février 2014 / 20h00
Jeudi 27 Février 2014 / 20h00
Vendredi 28 Février 2014 / 20h00
Samedi 1 Mars 2014 / 19h30
Dimanche 2 Mars 2014 / 15h00
Site du théâtre

Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France

Samedi 5 Avril 2014 / 19h00
Lundi 7 Avril 2014 / 14h30
Site du théâtre