You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia)

«Au début», confie Angélica Liddell, «je voulais parler du désir, du pouvoir du sexe sur la volonté ; mon intention était de comprendre Tarquin.» Or elle fit tant et si bien qu'à force de le comprendre, elle finit par l'aimer. L'histoire de Lucrèce, telle qu'elle est lue d'ordinaire, est pourtant celle d'un viol dont la vengeance déboucha sur la fondation de la République romaine. Certains auraient pu s'attendre à ce qu'Angélica Liddell propose une relecture féministe radicale de la légende. Il n'en est rien. Loin de s'attacher à réinterpréter la souffrance de Lucrèce, c'est la souffrance de Tarquin qu'elle aborde – autrement dit, celle d'un homme. Au lieu d'opposer à une simplification politique une contre-simplification qui resterait finalement enfermée sur le même terrain, Liddell invente un tout autre plan. Son intention n'est pas, n'a jamais été, de corriger ou supplanter un point de vue masculin par un point de vue féminin. Son travail, précise-t-elle, ne part pas d'une guerre des sexes. «Je ne vois pas Tite-Live ou Shakespeare comme des hommes», dit-elle, «mais comme des poètes. De même que j'écris comme poète et non comme femme. Ce qui m'intéresse, ce sont les mouvements et les convulsions de l'esprit.»  

 

*Certaines scènes de ce spectacle peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, il est déconseillé aux moins de 16 ans.


 [[{"type":"media","view_mode":"media_small_no_link","fid":"7116","attributes":{"alt":"","class":"media-image media-image-left","height":"114","style":"width: 133px; height: 114px; float: left; margin-left: 5px; margin-right: 5px;","typeof":"foaf:Image","width":"133"}}]]

Avec le Festival d'Automne à Paris

 

 

 

Tous les textes d'Angélica LIddell sont publiés aux Solitaires Intempestifs. You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) fait partie du recueil Cycle des résurrections (novembre 2014).
 

Odéon 6e
Place de l'Odéon Paris 75006 France

You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia)

03 décembre 14 décembre

texte et mise en scène Angélica Liddell

avec Joele Anastasi, Ugo Giacomazzi, Fabián Augusto Gómez Bohórquez, Julian Isenia, Lola Jiménez, Andrea Lanciotti, Angélica Liddell, Antonio L. Pedraza, Borja López, Emilio Marchese, Antonio Pauletta, Isaac Torres, Roberto de Sarno, Antonio Veneziano. Chœur ukrainien, Free Voice : Anatolii Landar, Oleksii Ievdokimov, Mykhailo Lytvynenko

Lieu

Odéon 6e

Durée

2h20

Votre venue

Odéon 6e Accès

Tarifs

de 6€ à 38€
En savoir plus

Ouverture à la location le 08/10/2014 par internet et le 15/10/2014 au guichet et par téléphone


¿ No lo véis ?
¡ No hay distancia !
¡ No hay distancia !

Vous ne le voyez donc pas ?
Il n'y a pas de distance !
Il n’y a pas de distance !

«Au début», confie Angélica Liddell, «je voulais parler du désir, du pouvoir du sexe sur la volonté ; mon intention était de comprendre Tarquin.» Or elle fit tant et si bien qu'à force de le comprendre, elle finit par l'aimer. L'histoire de Lucrèce, telle qu'elle est lue d'ordinaire, est pourtant celle d'un viol dont la vengeance déboucha sur la fondation de la République romaine. Certains auraient pu s'attendre à ce qu'Angélica Liddell propose une relecture féministe radicale de la légende. Il n'en est rien. Loin de s'attacher à réinterpréter la souffrance de Lucrèce, c'est la souffrance de Tarquin qu'elle aborde – autrement dit, celle d'un homme. Au lieu d'opposer à une simplification politique une contre-simplification qui resterait finalement enfermée sur le même terrain, Liddell invente un tout autre plan. Son intention n'est pas, n'a jamais été, de corriger ou supplanter un point de vue masculin par un point de vue féminin. Son travail, précise-t-elle, ne part pas d'une guerre des sexes. «Je ne vois pas Tite-Live ou Shakespeare comme des hommes», dit-elle, «mais comme des poètes. De même que j'écris comme poète et non comme femme. Ce qui m'intéresse, ce sont les mouvements et les convulsions de l'esprit.»  

 

*Certaines scènes de ce spectacle peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, il est déconseillé aux moins de 16 ans.

 

Avec le Festival d'Automne à Paris

 

 

 

Tous les textes d'Angélica LIddell sont publiés aux Solitaires Intempestifs. You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) fait partie du recueil Cycle des résurrections (novembre 2014).
 


  • You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) | photo © Brigitte Enguérand

    photo © Brigitte Enguérand

  • You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) | photo © Brigitte Enguérand

    photo © Brigitte Enguérand

  • You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) | photo © Brigitte Enguérand

    photo © Brigitte Enguérand

  • You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) | photo © Brigitte Enguérand

    photo © Brigitte Enguérand

  • You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) | Photo © Thierry Pasquet

    Photo © Thierry Pasquet

  • You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) | photo © Brigitte Enguérand

    photo © Brigitte Enguérand

Générique

scénographie et costumes Angélica Liddell
lumière Carlos Marquerie
son Antonio Navarro
costumes Pipa & Milagros
bonnets Carolina Rivas
traduction en français Christilla Vasserot
traduction en italien Marilena de Chiara
 

production déléguée Iaquinandi, S.L.
production exécutive Prospero : Théâtre National de Bretagne – Rennes, Théâtre de Liège, Emilia Romagna Teatro Fondazione, Schaubühne am Lehniner Platz, Göteborgs Stadsteater, World Theatre Festival Zagreb, Festival of Athens and Epidaurus
coproduction  Odéon-Théâtre de l’Europe, Festival d’Automne à Paris, deSingel Internationale Kunstcampus, Holland Festival - Amsterdam, Le-Parvis Scène Nationale Tarbes Pyrénées, Comédie de Valence - Centre dramatique national Drôme-Ardèche

avec la collaboration du Festival de Otoño a Primavera de la Comunidad de Madrid
avec le soutien de la Comunidad de Madrid, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte – INAEM
remerciements Àlex Rigola et Biennale de Venise

avec le Festival d'Automne à Paris

 

créé le 26 septembre 2014 au Théâtre National de Croatie / World Theatre Festival Zagreb
 

Auteur

Angélica Liddell

Angélica Liddell est née à Figueres (Espagne) en 1966. Après des études de psychologie et d’art dramatique, elle fonde au début des années 1990 la compagnie Atra Bilis (la «bile noire» en latin, considérée par la médecine antique comme étant la source du génie et de la mélancolie). Auteure, metteure en scène, performeuse, elle a signé depuis une vingtaine de pièces.
C’est en 2010 que le public de théâtre francophone découvre Angélica Liddell au Festival d’Avignon : elle y présente deux pièces coups de poing, El año de Ricardo et La Casa de la fuerza, spectacle présenté à l’Odéon-Théâtre de l’Europe en mars 2012, un an avant Todo el cielo sobre la tierra (El síndrome de Wendy). Elle est entrée dernièrement dans une série de pièces intitulée «Le cycle de la résurrection», dont font partie You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia) présenté à l’Odéon-Théâtre
de l’Europe en décembre 2014, Tandy et Primera carta de San Pablo a los Corintios.
Angélica Liddell a reçu le Lion d’argent Théâtre lors de la Biennale de Venise 2013. En France, ses œuvres sont publiées chez Théâtrales ou aux Solitaires Intempestifs, dans des traductions de Christilla Vasserot.

 

Je regarde les lieux du haut desquels je sauterais dans le vide et cela fait que mon corps ait l’odeur du sang. Ton Image fait que mon corps ait l’odeur du sang. L’origine de la tragédie est l’origine même de la vie : l’énigme. Ta vie est une énigme, dit Tirésias à Œdipe, l’énigme est ce qui nous fait marcher de manière irréversible vers la mort. Le désir de connaissance donne forme à l’angoisse, et l’énigme se sert de l’amour pour nous emporter jusqu’aux rives du massacre, l’amour est cette violence inexplicable, le pouvoir par le biais duquel sont transgressés l’ordre social et la loi, c’est lui qui trace la route de notre destin, l’amour est ce qui nous met en contact avec le prérationnel, avec quelque chose de plus profond que les sentiments, il nous met en contact avec la vibration primitive de l’esprit, avec ce qui ne peut encore être nommé. Le Christ, Charles Manson ou Toi, l’amour ne distingue entre aucun des trois, car l’amour est la folie de Dieu, et la faiblesse de Dieu, et la soumission se transforme en offrande, et il n’y a pas de jugement moral possible. À la fin du jour tes enfants viennent, une faucille à la main, et l’un après l’autre ils me coupent le cou. Ils ne savent pasque j’ai dans mon corps ton sexe mutilé, et je ressens plus de plaisir avec la mort que celui qu’on peut recueillir dans tous les bordels du monde.  

 

Extrait

He pensado que dios se ha apiadado al fin de la segunda mitad de mi vida rodeándome de cosas hermosas para que pueda soportarla. Es como si dios se hubiera arrepentido de la maldición gigantesca que desplomó sobre mis escasas fuerzas, aun a sabiendas de que mis fuerzas ya eran escasas desde mi nacimiento, como si se
hubiera arrepentido de los sufrimientos con los que me castigó y los sufrimientos que han de venir a causa de aquel castigo, y de las lesiones irreversibles que aquel castigo provocó.


J'ai pensé que dieu a fini par prendre en pitié la deuxième moitié de ma vie en m'entourant de belles choses pour que je puisse la supporter. C'est comme si dieu s'était repenti de la malédiction gigantesque qu'il avait abattue sur mes faibles forces, lui qui savait très bien que mes forces étaient déjà faibles depuis ma naissance, comme s'il s'était repenti des souffrances dont il m'a châtiée et des souffrances qui restent à venir à cause de ce châtiment, et des lésions irréversibles que ce châtiment a provoquées.

Angélica Liddell, août 2013
 

Tournées

Théâtre National de Croatie/ World Theatre Festival , Zagreb

Vendredi 26 Septembre 2014 / 20h30
Samedi 27 Septembre 2014 / 20h30

Modène,

Jeudi 16 Octobre 2014 / 20h30
Vendredi 17 Octobre 2014 / 20h30

deSingel - Campus artistique international, Anvers

Vendredi 24 Octobre 2014 / 20h00
Samedi 25 Octobre 2014 / 20h00
En savoir +

TNB, Rennes

Jeudi 13 Novembre 2014 / 20h00
Vendredi 14 Novembre 2014 / 20h00
Samedi 15 Novembre 2014 / 18h00
En savoir +

Valence,

Vendredi 23 Janvier 2015 / 20h00
Samedi 24 Janvier 2015 / 20h00