Salon Roger Blin
21 Février 2017 - 18h00

Écrire sa mère, une mission impossible ?

Rencontre avec Sarah Stern, psychiatre

  • Écrire sa mère, une mission impossible ? | Un amour impossible, Bulle Ogier, Maria de Medeiros, © Photo Elisabeth Carecchio
    Un amour impossible, Bulle Ogier, Maria de Medeiros, © Photo Elisabeth Carecchio

L’autofiction est à la fois prise de distance et réinvention du plus intime. Comment l’écriture romanesque peut-elle puiser à la source maternelle ?

En écho avec le spectacle Un amour impossible.

« C’est une entreprise difficile. Pour moi, ma mère n’a pas d’histoire. Elle a toujours été là. Mon premier mouvement, en parlant d’elle, c’est de la fixer dans des images sans notion de temps : “elle était violente”, “c’était une femme qui brûlait tout”, et d’évoquer en désordre des scènes, où elle apparaît. Je ne retrouve ainsi que la femme de mon imaginaire, la même que, depuis quelques jours, dans mes rêves, je vois à nouveau vivante, sans âge précis, dans une atmosphère de tension semblable à celle des films d’angoisse. Je voudrais saisir aussi la femme qui a existé en dehors de moi, la femme réelle, née dans le quartier rural d’une petite ville de Normandie et morte dans le service de gériatrie d’un hôpital de la région parisienne. Ce que j’espère écrire de plus juste se situe sans doute à la jointure du familial et du social, du mythe et de l’histoire. Mon projet est de nature littéraire, puisqu’il s’agit de chercher une vérité sur ma mère qui ne peut être atteinte que par les mots. (C’est-à-dire que ni les photos, ni mes souvenirs, ni les témoignages de la famille ne peuvent me donner cette vérité.) Mais je souhaite rester, d’une certaine façon, au-dessous de la littérature. »
Annie Ernaux, Une femme. Gallimard, 1989