• Théâtre et canapé

    Le processus de création

    Traduire et mettre en scène Comme tu me veux

    En décembre 2020, au cœur des répétitions, nous avons rencontré Stéphane Braunschweig pour un long entretien. Il évoque la spécificité du travail sur Comme tu me veux et, plus globalement, du théâtre de Luigi Pirandello. Avec Comme tu me veux, c’est la 4e fois que Stéphane Braunschweig s’empare d’une pièce de l’auteur italien - qu’il a aussi choisi de traduire pour sa création.

     

    Découvrez l’entretien en 4 parties.

     

    Lire aussi

    Le dispositif scènique

    Découvrez ci-dessous les coulisses de la création du décor des Frères Karamazov : croquis, interview du scénographe et timelaspe du montage du décor dans la salle de l'Odéon 6e.

     

    Les Frères Karamazov

    © Simon Gosselin

    Le processus de création

    L'équipe de Fraternité, conte fantastique a été en résidence du 11 au 29 janvier au Théâtre national de Bretagne. Caroline Guiela Nguyen, artiste associée, revient en vidéo sur cette première phase de répétitions du spectacle : la rencontre avec son équipe, le processus d’écriture, les prochaines étapes…

    Les répétitions

    Répétitions de Fraternité, conte fantastique au Théâtre national de Bretagne, janvier 2021
    © Jean-Louis Fernandez

     

    « À un moment, j'ai eu un rêve un peu fou sur Fraternité, j'avais envie que quand les spectateur·rices sortent de la salle, ils et elles se disent "J'ai vu plus de visages que de spectateur·rices autour de moi [...] J'avais envie qu'il y ait 1 000 visages !" ».

    Caroline Guiela Nguyen

     

     

    Captation intégrale

    Avant de découvrir Antoine et Cléopâtre mis en scène par Célie Pauthe, nous vous proposons de voir ou revoir sa mise en scène de Bérénice de Jean Racine, créée en 2018 et programmée la même année à l'Odéon-Théâtre de l'Europe.

    La pièce

    « Titus, qui aimait passionnément Bérénice, et qui même, à ce qu’on croyait, lui avait promis de l’épouser, la renvoya de Rome, malgré lui et malgré elle, dès les premiers jours de son empire ». À partir de ce bref épisode de l’histoire romaine, et se donnant comme défi de « faire quelque chose de rien », Racine compose une œuvre-manifeste, tragédie de la séparation et de l’amour radical. La simplicité y fait la force de l’action scénique, et l’épure des vers devient une respiration intime, un souffle vital transmuant la douleur en beauté. Célie Pauthe a redécouvert Bérénice à travers un court-métrage réalisé par Marguerite Duras en 1979, Césarée.

    Dans ce film-poème, qui sera présent dans le spectacle, l’auteure-cinéaste imagine l’après séparation, le retour de Bérénice à Césarée, sa ville natale de Judée, dont elle était reine et qu’elle quitta pour suivre Titus, le colonisateur, destructeur du temple de Jérusalem. Comme Médée, Bérénice trahit par amour, et comme elle, elle sera abandonnée. Perdant Titus, Bérénice perd tout. Pour Racine, l’enfant de Port-Royal, élevé au lait de la radicalité janséniste, comme pour Duras, l’amour est un pari qui engage corps et âme, et qui ne peut se vivre qu’en s’abandonnant intégralement à l’autre, au risque de s’y perdre, de s’y dissoudre, de s’y détruire. L’amour est tout sauf une terre de négociation et de compromis.

    Mais en est-il un autre qui mérite d’être vécu ?

     

    Bérénice
    © Élizabeth Carecchio

     

    Ne m’abandonne pas en l’état où je suis.
    Hélas ! Pour me tromper je fais ce que je puis. 

    Jean Racine : Bérénice, acte III, scène 3

     

     

     

    Bérénice
    de Jean Racine

     

    avec Marie Fortuit, Eugène Marcuse, Mahshad Mokhberi, Laurent Papot, Mélodie Richard, Hakim Romatif 

    mise en scène Célie Pauthe
    collaboration artistique Denis Loubaton
    scénographie Guillaume Delaveau
    lumière Sébastien Michaud
    costumes Anaïs Romand
    musique et son Aline Loustalot
    vidéo François Weber
    maquillage et coiffure Véronique Pflüger
    stagiaire à la mise en scène Antoine Girard
    traduction hébreu Nir Ratzkovsky
    répétiteur hébreu Zohar Wexler
    production Centre dramatique national Besançon Franche-Comté
    avec le soutien de l’Odéon-Théâtre de l’Europe


    le spectacle a été créé au CDN Besançon Franche-Comté le 24 janvier 2018

    Entretien avec Célie Pauthe

    La Face cachée de l'Odéon

    Durée environ 15 min / sous-titrages en anglais et en français.
    Un film produit, écrit et réalisé par l’Odéon-Théâtre de l’Europe.
    Avec Moustafa Benaïbout.

     

    Découvrez La Face cachée de l’Odéon !

     

    Dans ce film, vous  plongerez au cœur de l'Odéon, de sa machinerie et de son histoire. Avec pour guide le comédien Moustafa Benaïbout, vous visiterez les coulisses, les dessous, le gril, le plateau, les ateliers de construction, le foyer…

     

    Accessible à tous, cette visite est particulièrement conçue pour le public scolaire. Et pour aller plus loin, nous vous proposons quelques bonus à consulter ci-dessous.

     

     


    EN SAVOIR PLUS
    Retrouvez les termes techniques (mots encadrés en bleu)
    Plus d'infos sur l'histoire de l'Odéon

     

    Fun facts

    Trois anecdotes et superstitions sur le théâtre, avec Moustafa Benaïbout.