Grande Salle

18 janvier – 20h00

Erri De Luca

LIV(R)E ; un auteur, une œuvre

  • Erri De Luca | Erri De Luca, 2010 © par Errider CC BY 3.0, via Wikimedia Commons
    Erri De Luca, 2010 © par Errider CC BY 3.0, via Wikimedia Commons
Rencontre avec l'auteur
animée par Sylvain Bourmeau.
textes lus par Anne Consigny

 

Erri De Luca naît en 1950 à Naples dans une famille bourgeoise ruinée par la guerre et installée dans le quartier populaire de Montedidio. Il hérite de son père le goût des livres et de la lecture. Très tôt conscient des réalités politiques, il s’élève contre les injustices et la mainmise américaine sur Naples. En 1968, ses études secondaires terminées, il s’engage dans l’action révolutionnaire à Rome. Dès 1969 il milite dans le mouvement d’extrême-gauche Lotta Continua dont il sera l’un des dirigeants jusqu’à sa dissolution en 1977. De 1978 à 1980, il travaille chez Fiat et participe à toutes les luttes ouvrières. Fuyant les lois spéciales de son pays, il trouve refuge en France où il travaille sur des chantiers. En 1983 il se prépare à s’engager comme bénévole dans une action humanitaire en Tanzanie mais la maladie l’oblige à rentrer. De retour en Italie il continue sa vie d'ouvrier, poursuit l'étude des textes sacrés, se passionne pour l'alpinisme (qui lui inspire Le poids du papillon). Pendant la guerre en ex-Yougoslavie, il est chauffeur de camion dans des convois humanitaires destinés à la population bosniaque. Il se sent proche aujourd'hui du mouvement altermondialiste. Solidaire du mouvement NO TAV opposé à la construction de la ligne grande vitesse Lyon-Turin, il est accusé d'incitation au sabotage par la société Lyon Turin Ferroviaire. Jugé, il est finalement relaxé.
Erri De Luca publie son premier livre Une fois, un jour en 1989. Naples, sa ville natale, constitue la toile de fond de l’ensemble de ses romans qui ont tous une forte composante autobiographique. Des récits comme Acide ou Arc-en-ciel rencontrent un vaste écho en Italie et en France, tant auprès de la critique que du public. Il obtient le prix Femina 2002 pour Montedidio. Il collabore à plusieurs journaux italiens.
En France ses livres sont publiés chez Gallimard, traduits de l'italien par Danièle Valin.

 

Sylvain Bourmeau est journaliste, producteur de La suite dans les idées sur France Culture et professeur associé à l’École des hautes études en sciences sociales.

À LIRE  : dans notre magazine, un article de la chercheuse Caterina Cotroneo Erri De Luca : L'appel de Naples

en partenariat avec France Culture