Mass für Mass [Mesure pour Mesure]

de William Shakespeare
mise en scène Thomas Ostermeier
du 04 avril 2012 au 14 avril 2012
Théâtre de l'Odéon


2h40

avec Bernardo Arias Porras, Lars Eidinger, Franz Hartwig, Jenny König, Erhard Marggraf, Stefan Stern, Gert Voss
chant Carolina Riaño Gómez trompette Nils Ostendorf guitare Kim Efert

Ma douce sœur, laisse-moi vivre.
William Shakespeare

 

C'est un bonheur que de pouvoir inviter à nouveau le grand Thomas Ostermeier et ses fantastiques comédiens, quelques mois après un triomphal  Dämonen qui s'est joué à guichets fermés. C'est un privilège que d'accueillir la Schaubühne pour la création d'une des plus subtiles comédies de Shakespeare, auteur avec lequel Ostermeier entretient un passionnant dialogue depuis plusieurs années. Et c'est enfin une chance, au cours d'une même saison, d'accueillir à la fois Le Misanthrope et Mesure pour Mesure : ce sont peut-être les deux chefs- d'œuvre du répertoire qui interrogent avec le plus de pénétration ironique la question du lien social, et qui le font en mettant en avant la notion de «juste mesure». Chez Molière, l'excès le plus visible est celui qu'incarne un être singulier, héraut dès son entrée en scène d'une sincérité absolue. Shakespeare, lui, nous propose le portrait de toute une ville, depuis la plèbe jusqu'aux plus hauts magistrats. Et chez lui, le point d'équilibre qu'il s'agit de dégager se situe ailleurs : nous passons du code de conduite au code des lois. Aussi les comportements que le dramaturge anglais met à l'épreuve sous nos yeux n'intéressent-ils pas que l'individu, et chacun des problèmes qu'il pose importe à toute la cité. En voici les termes : le Duc Vincenzio confie à Angelo la gestion des affaires de Vienne. En l'absence de son maître, il lui appartient de rendre la justice. Or Angelo se croit investi d'une mission – rétablir l'ordre, et le rétablir absolument, une fois pour toutes, en éradiquant jusqu'à la moindre trace d'inconduite. Le régent se figure en effet que la justice n'est qu'un ensemble de règles à appliquer quasi mécaniquement. Et c'est ainsi qu'en vertu d'une loi tombée en désuétude, le sympathique Claudio, tout disposé à épouser devant Dieu la belle qu'il a engrossée, se retrouve condamné à mort, tandis qu'un incorrigible pilier de bordel parvient à se faire acquitter...
Mais nous ne sommes là qu'au début. Isabella, qui se prépare à prendre le voile, vient plaider devant Angelo la cause de son pauvre frère. Son éloquence n'obtient rien, mais sa beauté enflamme les sens du juge incorruptible, qui ne résiste pas à lui proposer un échange : la grâce de Claudio pour prix de ses faveurs. Doit-elle refuser au nom de sa vertu ? Mais que vaudrait une vertu aussi inflexible ? Est-elle moins ou plus précieuse que la vie d’un frère assez lâche pour accepter un tel sacrifice ? L’esprit et le corps suivent chacun sa pente : qui les réconciliera ? La comédie devient dès lors si troublante et scabreuse que les critiques ont pris quelques siècles à se mettre à peu près d'accord sur les intentions de l'auteur – et encore. Tant il est délicat de juger d'une pièce sur le jugement...

à lire Mesure pour Mesure de William Shakespeare, trad. française Jean-Michel Déprats, Théâtrales, 2001