Absalon, Absalon !

d’après le roman de William Faulkner
adaptation et mise en scène Séverine Chavrier



durée estimée 4h (avec entracte)

26 mars – 11 avril

Odéon 6e

Hors abonnement : ouverture des ventes le mardi 4 février
En s'abonnant : tous les spectacles sont ouverts à la vente dès maintenant !

réserver dès maintenant en s'abonnant


avec Pierre Artières-Glissant, Daphné Biiga Nwanak, Jérôme de Falloise, Victoire du Bois, Alban Guyon, Jimy Lapert, Armel Malonga, Annie Mercier, Hendrickx Ntela, Kevin Bah “Ordinateur”, Laurent Papot 
et la participation de Maric Barbereau

Après Les Palmiers sauvages en 2016, Séverine Chavrier revient à Faulkner et à sa langue dense, tendue, d’une intensité folle. Proche d’une tragédie antique, imprégné de malédiction biblique, Absalon, Absalon ! raconte le destin de Thomas Sutpen, par l’intermédiaire de plusieurs voix qui énoncent, ressassent et recomposent le récit, participant de “la nature illogique et aberrante d’un rêve”. Ayant tout quitté, cet homme blanc pauvre s’installe dans une petite ville du Mississippi pour y bâtir un domaine pharaonique, Sutpen’s Hundred, mais échoue à fonder une lignée, sur fond d’inceste et de fratricide. Derrière la faillite d’une revanche sociale, c’est bien l’effondrement du Sud dont parle Faulkner, ce Sud quasi-mythologique qui se demande encore pourquoi Dieu a permis qu’il perde la guerre, et dont Édouard Glissant identifie l’absolue illégitimité, car né de la double faute originelle que sont le massacre des natifs et l’esclavage des Noirs. Une troupe d’acteurs et de musiciens – dont le petit-fils de Glissant – campe une galerie de fantômes déchus (bâtard dandy, jouvenceau effaré, vieille tante embastillée de la taille d’une poupée, associé braillard, Lolita boudeuse, chien sauvage, enfants, serpents...) et fait entendre le vertige envoûtant, enveloppant, de la phrase faulknérienne. Comme toujours chez Chavrier, le théâtre dialogue avec la littérature, la musique, la danse, l’image. Et, dans son urgence foisonnante, démasque la machine à rêver de l’Amérique comme machine à broyer.

Hors abonnement : ouverture des ventes le mardi 4 février
En s'abonnant : tous les spectacles sont ouverts à la vente dès maintenant !