Antoine et Cléopâtre

de William Shakespeare
mise en scène Célie Pauthe


durée 3h45 (2h/entracte/1h20)
13 mai – 3 juin
Berthier 17e

avec Guillaume Costanza, Maud Gripon, Dea Liane, Régis Lux, Glenn Marausse, Eugène Marcuse, Mounir Margoum, Mahshad Mokhberi, Mélodie Richard, Adrien Serre, Lounès Tazaïrt, Assane Timbo, Bénédicte Villain, Lalou Wysocka

Antoine et Cléopâtre dépeint un moment de bascule de l’Histoire où deux rapports au monde s’opposent : d’un côté, le couple d’amants que forment le général romain et la reine égyptienne, dont l’alliance est faite d’excès, de passion érotique, de narcissisme flamboyant; de l’autre le jeune Octave, futur empereur Auguste, qui veut faire régner sur un monde unifié l’ordre, la mesure et la stabilité. À cette œuvre exubérante, Célie Pauthe associe des chansons de Mohammed Abdel Wahab et des poèmes de Constantin Cavafy. Autant d’ouvertures sur un univers à réinventer. Car ce que Shakespeare explore dans cette tragédie, c’est le rêve fou que forment Antoine et Cléopâtre d’un monde où les notions même d’Orient et d’Occident n’existeraient plus mais se fondraient en une même hybridité originelle, indémêlable. Avec Bérénice, Célie Pauthe avait mis en scène à Berthier la vision racinienne du même rêve. Pour en donner la version shakespearienne, elle fait de nouveau appel à Mélodie Richard et Mounir Margoum, entourés d’une équipe de onze comédiens, comédiennes et musiciennes.

Dans la presse + -

 

"Un rêve d'amour et un rêve d'histoire. Célie Pauthe parvient à métamorphoser la copieuse pièce historique de Shakespeare en fresque flamboyante"
— Les Echos (+

 

"Célie Pauthe met en scène une version magnifiée et charenelle de la pièce de Shakespeare"
— Le Monde (+)

 

"Le spectacle est porté par une belle distribution emmenée par Mélodie Richard (...) et Mounir Margoum, comédiens charnels et subtils."
— Le Monde (+

 

"Derrière les mots, qu’elle fait magnifiquement résonner dans nos consciences, Célie Pauthe fait le choix d’un casting en or massif."
— L'Œil d'Olivier (+

 

"Sous le vernis tragique, Célie Pauthe a détecté les ressorts comiques glissés çà et là par Shakespeare comme pour enrober cette histoire dramatique d’une chaude douceur nacrée."
— Scèneweb (+)

 

"Un voyage inouï, ponctué de stupeurs et de tristesses, le travail fantastique des treize actrices et acteurs."
— Le Club de Médiapart (+