Kingdom

librement inspiré du film Braguino de Clément Cogitore
texte et mise en scène Anne-Cécile Vandalem



durée 1h40

31 janvier – 19 février

Berthier 17e

Hors abonnement : ouverture des ventes le mardi 29 novembre
En s'abonnant : tous les spectacles sont ouverts à la vente dès le 20 mai

 

avec Arnaud Botman, Laurent Caron, Philippe Grand’Henry, Épona Guillaume, Zoé Kovacs
et à la caméra Federico D’Ambrosio, Leonor Malamatenios
et les enfants Léonie Chaidron, Juliette Goossens, Isaac Mathot, Daryna Melnyk, Ida Mühleck, Eulalie Poucet, Noa Staes, Léa Swaeles
et les musiciens Vincent Cahay, Pierre Kissling

Kingdom est le dernier volet de la trilogie qu’Anne-Cécile Vandalem a choisi de consacrer, avec une vitalité théâtrale réjouissante, à “l’échec de notre monde”. Dans Tristesses et Arctique, elle a raconté la faillite politique et le naufrage climatique de nos sociétés. L’impossibilité de l’avenir étant son sujet majeur, les enfants et leur regard ont toujours une place essentielle dans son théâtre. Ils sont ici au premier plan, d’autant plus lumineux que le propos est délibérément sombre. Kingdom est inspiré de Braguino, un documentaire étrange de Clément Cogitore. Le jeune réalisateur y a filmé une petite communauté de vieux-croyants repliée depuis plusieurs générations au fin fond de la taïga sibérienne, et que l’arrivée d’un autre groupe, lui aussi minuscule à l’échelle du paysage, a jeté dans la guerre...
Anne-Cécile Vandalem en tire l’histoire d’une famille qui a décidé depuis les années 1970, par choix écologique, de vivre en pleine nature – et qui se fera rattraper par la violence et par la haine. Raconter sur scène une immersion dans la taïga semble un défi : son théâtre le relève en conjuguant de saisissants moments de vérité et une conception plastique, cinématographique et sonore raffinée et captivante. Kingdom nous embarque dans une histoire qui tient à la fois du thriller familial, du conte et de la parabole. Retrouver à la scène le plaisir de la fiction, sa capacité à nous faire penser, c’est le pari d’Anne-Cécile Vandalem. Dans un monde que le progrès ne sauvera pas, il est urgent pour elle de redonner toute sa place à l’imaginaire.

 

Hors abonnement : ouverture des ventes le mardi 29 novembre
En s'abonnant : tous les spectacles sont ouverts à la vente dès le 20 mai